Vous aimez NickroN ?
Faites-le savoir !

Merci !



Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Sandra Kingsley - Professeur (terminée)

Auteur

Message

Sandra Kingsley

Professeur NickroN

avatar
Voir le profil

Identité.


Nom : Sandra Roselys de Hainaut, épouse Kingsley
Prénom : Sandra, Marie, Lisa
Surnom : /
Âge : 26
Poste souhaité : Professeur.
Famille :



Mère : Jeanne Roselys de Hainaut, Comtesse.
Don : modification de l'âge et de la physiologie.


Père : Inconnu
Don : Inconnu


Epoux : Steeve Kingsley
Don : Image miroir. Crée une illusion de lui même ou d'une personne uniquement.


Portrait.

Physique : Comme vous l’aurez sans doute remarqué, Sandra est une belle femme. Non ce n’est pas terminée, tout ceci ne résumera pas fidèlement sa description physique qui mérite qu’on s’attarde dessus. Ses cheveux sont magnifiques, un roux-châtain qui attire le regard au coin des personnes appréciant cette couleur. Elle était (est ?) riche, mais Sandra ne cultive pas cette image de la femme qui ne sait plus quoi faire de ses bijoux. Elle a de jolis parures mais ne sont pas autant ostensibles des gens de sa condition. Sa couleur préférée est le blanc, avec un foulard turquoise autour du cou et son costume sera terminé. Elle commande des vêtements sur mesure à certaines entreprises de couture, et seulement des compagnies utilisant des matières qui ne mettent pas en péril les esclaves ou les animaux…

Elle coiffera ses cheveux ondulés à leur bout avec différents attirails et ustensiles pour se rendre agréable à regarder. Toutefois ne croyez pas que cette coquetterie soit considérée comme une provocation ou une invitation pour ceux qui fantasment vite. Elle souhaite avant tout plaire à son mari et se sentir bien dans son corps en public ou pas. Dans un monde où l’image compte surtout sur l’apparence et les manières, il faut savoir quand il faut se montrer belle et quand il faut rester intime avec sa sensualité. Ses yeux sont gris clairs et profonds. Elle mesure environ un mètre soixante et onze pour ne pas excéder les 59 kilos. Ses bras fins sont toujours recouverts de vêtements subtils car elle préfère les matières de soie cousues avec le plus grand soin. Il lui arrive très rarement d’être dévêtue en public, elle est bien trop pudique et fidèle à son mari. Sa voix est suave et calme quand elle s’adresse aux gens. Cela lui donne cet aspect de femme politique charismatique qui a rapidement la confiance des autres dès qu’elle ouvre la bouche. Son ton de voix est clair, et sa rhétorique empêcherait presque un idiot de l’interrompre tellement il est agréable d’écouter ses paroles. Lorsqu’elle est énervée, il ne sera pas possible de reconnaître Sandra telle qu’on la voit tous les jours. La jeune femme pourra se transformer boule de nerf si quelque l’énerve au plus haut point. Son visage est claire avec toujours ce petit sourire effacé au coin de ses lèvres rosées dans le but de satisfaire les manières d’une femme respectable. Mises à part toutes ses particularités intégrantes de son corps, Sandra n’a aucun signe particulier. Elle porte le plus souvent des perles ou des pendentifs discrets dont un représente sa mère jeune.

Mental : Fille unique d’une famille aisée, Sandra n’a jamais été une femme arrogante ou imbus de sa personne. Bien sur, elle fut petite comme vous et moi, et il lui arriva de se moquer des autres sur leur situation et faire prévaloir la sienne. Avec l’âge, peut-être qu’elle semblait bien différente de sa mère et beaucoup plus discrète au niveau des mondanités et de la politique. Mue d’une douceur à fleur e peau, Sandra a malheureusement ce petit côté naïf qu’ont certaines femmes, cette innocence naturelle qui vous rend chaleureuse. La plupart du temps, on aurait l’impression qu’elle est dans un autre monde à réfléchir sur des choses qui nous sont inconnues. En réalité, c’est une femme organisée et très intelligente qui met en avant sa faculté de réflexion avant d’agir dans l’excès. Vous ne la verrez jamais utiliser son don pour pavaner sa toute-puissance de mutante libre… Elle trouve cela contraire à la tenue que nous devons avoir en société. Par ailleurs, Sandra disposait d’une mère qui ne se montrait pas particulièrement maternelle. Sandra ne doutait pas des sentiments de sa mère à son égard, pour la bonne et simple qu’elles n’étaient pas démonstratives. La fuite vers la Fédération Unie et la mort précoce de sa mère lui donnèrent une leçon radicale sur la vie : il faut profiter du temps qui nous est imparti, car d’un moment à un autre, on peut tout gagner ou tout perdre.

C’est une femme ayant un attrait pour la connaissance et le progrès qui va au-delà de sa situation personnelle. Qui n’a jamais rêvé de l’utopie entre les différents clans où tous les pays vivent en paix, humains et mutants compris ? Mais la réalité nous rattrape trop vite comme une étreinte munie de griffes acérées. Sa personnalité est bien plus posée que « la Dame à la couronne », Sandra a cette petite nature réservée et effacée pour éviter qu’on la mette toujours sur un piédestal. D’ailleurs peu de gens connaissent sa véritable identité et ses origines françaises. Son mariage avec son amant et ancien garde du corps l’a épanoui presque entièrement, car elle sentait au fond de son cœur qu’il lui fallait savoir certaines choses sur elle, son passé et ses parents. Le poids du doute et des questions qui restent en suspend dans sa tête l’ont rendu plus pensive et triste malgré la douceur bienveillante de son mari…


Don : Le don de Sandra peut se diviser en deux grosses catégories défensives distinctes : l'invisibilité et la protection par un bouclier. Certes, le don de Sandra n'est pas très offensif mais pourra énormément servir si un bouclier ou une invisibilité lui permet de sauver sa propre vie ou celle des autres.

Type 1 Niveau 1 : elle a découvert son don quand sa mère lui avoua sa propre condition. Sandra pouvait découvrir l’inconvénient de "disparaître" quand on transporte des objets par exemple. Ses mains devenaient invisibles pour ne laisser que des avant-bras dégarnis sans possibilité de prendre quoi que ce soit.

Type 1 Niveau 2 : après maintes efforts avec son professeur spécialisé, Sans arriva à devenir complètement invisible à ses yeux pour la laisser réapparaître comme elle était autrefois. C'est une sorte d'énergie grise qui ressemble à la surface de l'eau troublée par la brise de l'air ou le jet d'une pierre.

Type 1 Niveau 3 : La dématérialisation de son corps la rend opaque durant quelques secondes jusqu'à totalement disparaître pour un laps de temps plus au moins court (10 minutes). Sandra se fond dans l'énergie grise, pour n'être qu'un tout et non une entité palpable ou contrôlable par l'esprit.

Type 1 Niveau 4 : Son invisibilité lui permet maintenant de traverser les éléments solides, des liquides et de l'air. (murs, eau peu profondes, glisser sur l'air)

Type 1 Niveau 5 : L'énergie ne touche plus maintenant que le corps de Sandra mais peut se matérialiser autour d'elle pour créer un bouclier étanche aux attaques, objets ou canalisation de don à son encontre. Le Bouclier dure pendant une trentaine de secondes jusqu'à scintiller et disparaître.

Type 1 Niveau 6 : Le bouclier d'énergie peut être étendu devant Sandra et pas seulement autour d'elle même. Celui lui permet de protéger plusieurs personnes en même temps jusqu'à ce que l'effet se dissipe. Ce dernier renvoie l'effet vers le lanceur.

Type 2 Niveau 1 : A ce niveau Sandra pourra rendre invisible n'importe quel objet ou petite créature vivante (un animal par exemple) durant une courte période. La personne ou l'animal allié visé ne se dématérialise pas comme Sandra. Elles restent simplement invisibles pour les autres.

Type 2 Niveau 2 : Le Bouclier peut s'étendre sur une envergure d'un petit bâtiment (Sandra doit se trouver dedans pour la canalisation) et résister plus longtemps aux attaques physiques et psychiques.

Type 2 Niveau 3 : La disparition s'applique sur des objets de taille beaucoup plus imposante comme un bâtiment, une voiture, etc... Comme pour le niveau précédent, les bâtiments ou objets ne se dématérialisent pas.

Type 3 Niveau 1 : L'énergie grise pourra appliquer un effet permanent de disparition que seul Sandra pourra modifier à sa convenance (cette fois les objets ou personnes disparaissent comme Sandra). Un ennemi disparu ne pourra vivre normalement et mourir d'impossibilité à se matérialiser dans son corps.

Défauts du don : Le don de Disparition et de création de Bouclier ne lui permettent pas de rester invincibles. Par exemple Sandra ne peut pas rester définitivement dans l'eau ou aller très haut dans l'atmosphère (surtout quand elle reprend sa forme humaine). Si une énorme explosion nucléaire lui tombe dessus, Sandra ne pourra y survivre (radiation, souffle). La disparition dématérialise Sandra de façon totale, c'est à dire qu'il n'est pas possible qu'elle empoigne quelque chose quand l'énergie fait son effet. Sous cette forme totale d'invisibilité, elle peut encore réfléchir ou sonder le lieu où elle apparaîtra mais ne pourra pas garantir ses besoins vitaux. Elle doit par ailleurs faire attention à l'endroit où elle apparaît. Il est possible d'entendre Sandra disparaître ou réapparaître par un son de frottement de l'air. Les alliés qui sont invisibles restent sondables pour Sandra mais ne doivent pas s'écarter au delà d'un certain périmètre. A noter que la disparition la fatigue beaucoup comme pour la création du bouclier.
Le Bouclier se constitue d'un filet d’énergie grise qui repousse toutes les attaques, objets ou projectiles qui tenteraient de passer à travers. Or ce bouclier n'est pas insensible à tous les dons. Il est possible de disperser le bouclier par les télékinésistes. Un télépathe ne peut sonder un esprit qui se trouve protégé par le bouclier qui ressemble à une barrière télépathique. Les dons de destruction peuvent le détruire. Il faut également noter que le bouclier amoindrit les effets mêmes si ceux-ci sont jugés puissants.
Enfin il n'est pas possible à Sandra d'être invisible et de créer un bouclier.

Relations avec les humains : Mise à part les humains et les amis qu’elle côtoyait dans son entourage restreint, la jeune femme n’a pas vraiment d'avis négatif sur eux. Ne soyez pas non plus naïf, Sandra peux imaginer toute l’horreur dont certains individus font preuve en admirant avec effroi la mentalité de toute une pollution à l'égard de l'évolution. Dans son fort intérieur, elle ne les redoute pas et ne se/les considère pas comme différent/s. Dernière chose, elle se considère comme humaine avant tout malgré ses "petites différences" tant au niveau de son ancienne situation sociale que mentale.


Vous.

Pseudo : LeBiscui
Âge : 25
Comment avez vous trouvé ce forum ? : bah je crois que c'est moi qui le co-crée donc je l'ai connu tout seul.
Votre niveau RP selon vous : Bon dans l'ensemble.
Votre présence : Le plus souvent possible 7/8
Crédits image originale avatar (ou lien html du site) : Red Hair de SatelliteGhost
Code de validation : Validé par...Moi!


L'équipe de NickroN



Dernière édition par Sandra Kingsley le Mer 11 Sep - 8:49, édité 5 fois



Sandra Kingsley

Professeur NickroN

avatar
Voir le profil

Histoire.


Année -26 Ans - Naissance et secrets

Il y a de cela vingt-six années que l’enfant de père inconnu était né à l’hôpital Ste Catherine à Aras dans l’Empire français. Il faisait très sombre et la pluie ressemblait à un déluge infatigable. La jeune femme poussait de toutes ses forces pour que la petite fille puisse voir enfin la lumière artificielle de l'hôpital. Tous ses espoirs semblaient se concrétiser. Durant toutes les années pendant lesquelles la mère avait vécu, elle n’avait jamais ressenti les douleurs de l’accouchement. Jeanne Roselys, Comtesse du Hainaut et régente de ce territoire, s’était rendue à l’hôpital de manière anonyme en raison du nombre très important d’ennemis pour garder sa sérénité d’esprit. Il y a quelques années, elle était puissante et reconnue à NickroN comme une enseignante stricte et avant tout très humaine avec ceux qui avaient besoin d’aide. Tout ceci n’était maintenant une simple péripétie de souvenirs que les conteurs s’émerveilleront de raconter aux nouvelles générations de mutants arrivant dans l’école. La Comtesse s’enfuit avec l’enfant le temps de récupérer les quelques forces qui lui restaient. Il lui serait dorénavant impossible d’utiliser son don de manière inconsidérée sauf si elle souhaitait mourir rapidement. Le temps s’écoulait rapidement comme si la fin semblait proche. Du moins, pas tout de suite.

Vous n’avez peut-être connue Jeanne Roselys de Hainaut à NickroN, c’était une femme hautaine et capricieuse dans son apparence et ses manières. Mais à cause de la naissance de sa fille, sa puissance s’amenuisait au fil des années puisqu’elle aurait très bien pu tuer sans trop d’effort son ennemi juré : Christian de Cambacérès. La jeune Sandra connut ces histoires d’héritage, de trahisons et de coups bas tout au long de sa jeunesse pour éviter d’être prise dans les griffes d’un séducteur pervers et psychopathe. Son éducation fut celle d’une aristocrate bien élevée à l’intérieur des murs d’une gigantesque demeure surprotégée. Heureusement il lui arrivait de sortir avec des amis, même s elle était toujours accompagnée par un garde du corps. La raison paraissait évidente, Jeanne avait la possibilité de se défendre et de s’enfuir, sa fille quant à elle, ne possédait encore aucune faculté extraordinaire pour l’instant. Ce fut à l’âge de 14 ans que Sandra comprit que sa mère osait jouer avec certains « pouvoirs interdits », tandis que tous ses amis décriaient comme « non naturels au sein du pays ». Elle semblait parfois plus jeune, ou plus vieille selon son humeur et elle se plaisait à montrer cette beauté véritable lors de banquets où les invités, toujours aussi surpris, commençaient à se poser des questions.

Année -10 à -3 Ans - Tragédie.

La défaite fut lourde de conséquence quand les « Destructeurs » (terme désigné pour celles et ceux qui ont détruit la précédente école) ne leur laissèrent presque aucune chance de fuite. Les cadavres et les blessés se comptaient par centaine. Certains amis et connaissances n’y avaient pas survécus et l’enlèvement de Lucas lui permit de reprendre espoir. La majeure partie de sa lointaine famille était en sécurité en France. Malgré la détresse, Jeanne se remémorait que le peu de temps lui restant devant elle n’allait pas arranger le dénouement tragique de cette histoire. Sandra se rappelait de cette époque. Sa mère était absence depuis plusieurs mois, un voyage pas très long disait-elle avant de prendre sa voiture pour aller à l’aéroport d’Aras. La Dame du Hainaut n’était pas très maternelle pour appeler son enfant tous les jours car Sandra avait sa propre vie, ses soucis d’amour, son diplôme à préparer etc. A vrai dire, cette situation où elle avait la demeure de la Comtesse lui plaisait particulièrement pour ses fêtes privées, les enterrements de vie de jeune fille de ses amis ou les rencontres frivoles avec quelques beaux jeunes hommes. Son garde du corps était fou d'inquiétude et de jalousie. Peu importe les excès ou les expériences, elle aurait sans doute préféré avoir quelques nouvelles durant les plusieurs mois de cette absence très inhabituelle.

Sandra avait la visite périodique d’un enseignant quelque peu particulier, ce dernier l’aidait à « ouvrir son esprit pour que l’énergie soit plus apte à se matérialiser ». Son don ne la dérangeait pas plus que ça car l’homme l’aida à le contrôler et à vivre avec. Il aurait été honteux pour la jeune femme de renier ses origines parce que ses amis détestaient les mutants, pensée très répandue dans la Nouvelle France impériale. Un jour, elle reçut dans l’antichambre un homme habillé de manière hautaine, son visage semblait presque perverti par des dessins qui allaient au-delà de la légalité. Le Préfet du Hainaut désirait voir la Comtesse concernant ses agissements. Certains murmuraient qu’elle était une alliée des Américains tandis que d’autres la calomniaient comme étant une traîtresse à la nation. Sandra n’était au courant de rien de ces soi-disant preuves sur les actes terroristes de sa mère. L’homme légèrement plus petit qu’elle avec une haleine repoussante tenta d’impressionner la jeune femme. Elle sortit un sourire narquois car elle connaissait bien les petits défauts du Préfet en le sommant de déguerpir. Quand on démasque à temps ses ennemis, il faut le laisser croire qu’il a l’avantage disait Jeanne. Quelques jours plus tard, Sandra retrouva sa mère qui semblait moins jeune et alourdit par plusieurs siècles d’existence. Cette dernière la rassura en disant que c’était le décalage horaire et la congédia en lui disant qu’elle saurait tout demain matin.

Ce fut un soir très coutumier de la région, le tonnerre grondait sans pluie dans les ténèbres. Ceci aurait pu alimenter une de ces belles chansons de nuits au coin du feu pour se réchauffer du froid glacial, de la vermine et de la tempête. Jeanne paraissait lasse et fatiguée car cette fois les rides ne pouvaient plus laisser place à la jeunesse. Sandra, âgée depuis peu de 25 ans dormait paisiblement dans sa chambre gardée par un garde qui s’occupait admirablement bien d’elle. L'homme aux traits sévères n’était pas aussi serein ce soir-là, sa maîtresse n’a jamais été fatiguée de la sorte. Jeanne devait faire vite avant de rendre son dernier soupir, sa fille était encore trop jeune pour se débrouiller seule dans un pays aussi peu recommandable à tous les niveaux possibles. La vieille dame marcha doucement dans le long couloir orné de tableaux et de décorations fabuleuses jusqu’à la chambre de Sandra. Elle caressa le haut de son front tandis qu’une larme dévalait ses joues qui offraient un sourire de fierté et d’amour. C’était devenu une belle femme, avec laquelle Jeanne avait raté la plupart de ces moments où on est heureux pour ses enfants. La Comtesse fit en sorte que les choses se passent pour le mieux pour Sandra quand cette dernière ne serait plus de ce monde. Jeanne se tenait le ventre comme si son estomac allait imploser et tomba sur le sol. Sandra se réveilla en sursaut pour voir un spectacle qui allait la hanter pour le reste de sa vie. Les quelques rides et traits de vieillesses de sa mère s’accélèrent pour ne laisser qu’un squelette complètement desséché. Un petit nuage flotta au-dessus du corps encore enveloppé par les vêtements et patienta durant quelques secondes avant de se résorber au néant.

Sandra poussa un cri strident qui se fit entendre dans toute la résidence. Son garde du corps accouru vers elle et vit les vêtements de sa maîtresse sur le sol. Nul besoin d’explication sur ce qui s’était passé dans la chambre de Sandra, il fallait agir vite avant que les sbires du Préfet viennent saisir toutes la demeure et emmener Sandra en prison dans le but d’éviter de longues années de procès pour l’héritage ou la spoliation de celui-ci. Avec la technologie actuelle, il n’aurait pas été dur de connaître son origine mutante et d’envoyer l’héritière légitime dans un asile. Les mutants français tremblaient de peur à l’idée d’y être enfermés puisqu’il était vain d’espérer en sortir. Le Préfet du Hainaut, normalement aux ordres du Comte, ne cachait pas son dégoût d’avoir été nommé aux ordres d’une femme reconnue maintenant comme une dangereuse mutante et traître à la patrie. Il tenta plusieurs fois dans le passé de l’accuser d’hérésie à la Cour des pairs, sans succès. Ce dernier ne ferait aucun cadeau pour sa « prétendue » fille. En effet, on murmurait que la Comtesse était stérile et ne pourrait pas léguer son titre et ses possessions jusqu’à ce qu’elle soit arrêtée, tuée ou démise de ses fonctions par l’Empereur lui-même. Sandra elle-même ne connaissait pas son père.

Sandra fut obligée de prendre quelques affaires et partir le lendemain avec ce garde du corps fidèle, Steeve Kingsley. L’ex employé était anglais et arriva, grâce à son intelligence et son talent à jouer de son apparence et passer inaperçu vers la République d’Angleterre. Sandra ne pouvait savoir si son protecteur était un mutant ou humain à cette époque. Le voyage se passa sans encombres jusqu’à ce qu’ils arrivent devant l’aéroport près de Londres. Cet homme âgé de 26 ans disposait de ressources incroyables et risqua de perdre la vie si le bouclier grisâtre de Sandra ne les avait pas enveloppés. Ils devinrent invisibles grâce à cette mystérieuse énergie et réussirent à s’enfuir des lieux en courant le plus vite possible. Pour la suite, Steeve avait prévu des faux papiers pour passer la frontière anglaise vers la Fédération Unie. Rester en Angleterre n’aurait été que folie pure, Sandra ne pouvait sans doute pas supporter d’y vivre comme une fugitive de marque recherchée par l’Etat voisin. Le voyage jusqu’à New-York fut le dernier souci de Sandra et Steeve. Mais quelque chose dans son cœur était brisé, la seule présence et autorité dans sa vie s’évanouit dans la nuit tel un fantôme, en lui laissant simplement quelques instructions pour rejoindre un appartement à Belleville dans le comté d'Hollow Springs. Là-bas elle disposerait d’un toit, de l’argent et des soucis en moins pour débuter une nouvelle vie. C’est à ce moment précis que Steeve lui fit sa demande en mariage. Sandra et lui étaient amants depuis longtemps et celle-ci voyait en lui la facilité de ne pas s’engager pour éviter de décevoir sa mère… Elle était au courant et au fond Sandra avait des sentiments au-delà du simple plaisir charnel.

Année 0 - Renaissance.

Son mari vint à sa rencontre avec une certaine désapprobation. NickroN allait enfin rouvrir ses portes. La Présidente Sarah Washington avait enfin réussi à faire passer la loi sur la bioéthique et sur la nécessité qu’un centre officiel voit le jour. La jeune femme fut à moitié rassurée par ces propos encourageants. Son désir le plus cher était de connaître les actions qu’a réalisées sa mère dans l’ancienne école et d’y apporter sa propre contribution. Elle travaillait bénévolement dans une association pour l’aide des mutants en difficultés (qui accueillait aussi des humains) en les aidant à canaliser leurs dons. NickroN sera une délivrance pour bien des personnes encore exclues…


L'équipe de NickroN



Dernière édition par Sandra Kingsley le Lun 23 Sep - 8:24, édité 1 fois



Yojé Ahinilla

Directeur YAND

avatar
Voir le profil
Angélique :

"Sexy boy, un nouveau CV vient d'arriver."

Yojé :

"Je m'occupe du surveillant. Si la demoiselle veut bien se diriger vers l'école et patienter devant mon bureau. J'en ai pour une demi-heure maximum."

Fiche Validée !



Contenu sponsorisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum